Géothermie Objectif 2030 : la géothermie à la rescousse du secteur tertiaire

28 juin 2022 By Accenta

L’objectif 2030, c’est la décarbonation des bâtiments du tertiaire à hauteur de 40 %. Une perspective inscrite dans le décret tertiaire de 2019. Les acteurs du secteur sont donc appelés à réduire considérablement leur consommation d’énergie et émission de CO2 à cet horizon. La géothermie, avec son énergie renouvelable et sa faible empreinte carbone, s’invite naturellement dans la danse. Certaines entreprises avant-gardistes proposent même un système de géostockage intersaisonnier piloté par intelligence artificielle (IA). A la clé, des économies d’énergies conséquentes et une décarbonation massive des établissements pour un coût compétitif. 

 

Objectif 2030 : – 40 % d’émissions de CO2

 

Le décret tertiaire ou Décret n° 2019-771 du 23 juillet 2019, fixe les « obligations d’actions de réduction de la consommation d’énergie finale dans des bâtiments à usage tertiaire ». Parmi elles, une empreinte carbone diminuée de 40 % d’ici 2030.

 

Décret tertiaire : vers une transition écologique efficace

 

L’initiative prend sa source au début des années 2000. Mais, c’est en 2018 que la loi Élan propose des objectifs concrets à destination des bâtiments à usage tertiaire.

 

Une première étape à brève échéance

 

Le décret tertiaire ou dispositif Éco Énergie Tertiaire (EET) invite les acteurs du secteur à « la sobriété énergétique » dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique. L’objectif ne se confine pas seulement aux travaux de rénovation énergétique des locaux. L’usage et la qualité des bâtiments, mais également lattitude des occupants, bailleurs et propriétaires, sont dans le viseur. 

 

Mémo

 

L’EET a fixé au 30 septembre 2022 la date limite pour inscrire les consommations énergétiques sur la plateforme OPERAT (Observatoire de la Performance Énergétique de la Rénovation et des Actions du Tertiaire).

 

Qui cela concerne-t-il exactement ?

 

L’EET s’adresse à tous les exploitants ou propriétaires d’un établissement à usage tertiaire, dont le cumul de superficie d’activité est au moins égal à 1 000 m² :

 

  • bureaux ;
  • hôtels ;
  • restaurants ;
  • gares ;
  • salles de sport ;
  • etc.

 

Des attentes chiffrées en perspective 

 

Si vous faites partie des « obligés », vous devrez donc optimiser la performance énergétique de vos établissements et en faire la déclaration annuelle. Les attentes sont précises, même si elles s’inscrivent dans un cadre progressif, et selon deux options au choix : 

 

Objectif de réduction énergétique en valeur relative (en %)

 

Vous êtes principalement concernés si vous n’avez pas encore entrepris de travaux d’amélioration/correction énergétique de votre bâti :

 

  • – 40 % de CO2 en 2030
  • – 50 % de CO2 en 2040
  • – 60 % de CO2 en 2050

 

Ce pourcentage s’établit par rapport à une année de référence ne pouvant pas être antérieure à 2010. Un ajustement est prévu en fonction des variations climatiques.

 

Objectif de réduction énergétique en valeur absolue (en kWh/m2/an)

 

Cela vous concerne si vous avez déjà entrepris des actions pour décarboner vos établissements, notamment lorsqu’ils sont récents.


La référence est ici un plafond de consommation énergétique à ne pas dépasser. Les seuils sont fixés par décret avant chaque décennie, et doivent être atteints à date butoir (2030, 2040, 2050).

 

Des sanctions pour manquement au décret tertiaire

 

Nous sommes face à une obligation soumise à résultats, mais également à pénalités pour les assujettis « récalcitrants » : 1 500 € pour une personne physique et 7 500 € pour une personne morale.

 

Mais le plus dissuasif reste la mise en demeure pour absence de reporting énergétique. Pire encore, l’inscription dans un registre au nom peu engageant : « Name and Shame »No comment !

 

Améliorer ses performances énergétiques grâce à une installation géothermique intelligente

 

De l’avis du ministère de la Transition écologique, atteindre ces objectifs écologiques ambitieux passe par l’installation d’équipements performants couplés à des systèmes de contrôle et de gestion dédiés.

 

La solution géothermique pour réduire son empreinte carbone 

 

La géothermie se présente dès lors comme une option de choix pour relever ce défi environnemental 

 

  • Un dispositif à faible émission de CO2 ; 
  • L’utilisation d’une énergie verte issue du sous-sol ; 
  • Un coefficient de performance énergétique de 4 à 6.

 

Tous les voyants sont au vert ! La France est d’ailleurs engagée dans un vaste programme de développement de la filière.

 

Installation géothermique avec géostockage optimisé par l’IA

 

Accenta va plus loin que la géothermie classique. L’entreprise, experte dans la technologie de chauffage et de climatisation bas carbone, propose une solution avant-gardiste de géothermie intelligente appuyée sur le géostockage.

 

Grâce à cette approche innovante, l’objectif 2030 apparaît bien plus accessible pour les acteurs du tertiaire, en termes de performances, de budget, et de timing.

 

Le géostockage : comment ça fonctionne ?

 

Concrètement, durant l’été, les systèmes de climatisation tournent à plein régime. L’idée est de capter la chaleur fatale (ou excédentaire) émise par ces appareils. Cette dernière est ensuite acheminée par un champ de sondes géothermiques verticales pour être stockée dans les roches situées à une centaine de mètres sous terre. C’est ce que les experts appellent le BTES (Borehole Thermal Energy Storage), ou géostockage.

 

En hiver, au moment de chauffer les bâtiments, la chaleur stockée sera réinjectée dans le bâti. Résultat : une utilisation minimale des systèmes de chauffage, moins d’émissions de carbone et une économie d’énergie conséquente. Le procédé s’inverse en période hivernale, pour restituer du froid en été.

 

Le saviez-vous ? 

La chaleur fatale représente des calories gratuites recyclées. De plus, leur récupération empêche les climatiseurs de chauffer l’air extérieur et de créer des îlots de chaleur urbains.

 

Le rôle de l’IA dans l’optimisation de la consommation énergétique

 

Accenta a couplé ce principe de stockage à un programme d’IA, afin de rendre tout le processus hautement performant et automatisé. 

 

Le logiciel utilisé calcule un plan de production et de stockage adapté aux besoins annuels du bâtiment en fonction des habitudes de consommation énergétique enregistrées. Ce dispositif permet d’anticiper le fonctionnement du bâtiment en vue d’une adaptation au plus juste des exigences thermiques.

 

Celles-ci vont considérablement évoluer ces prochaines années en raison du réchauffement climatique. La régulation prédictive du géostockage est capable de s’adapter, contrairement à la géothermie classique. 

 

Il prend en compte également les conditions météo afin de réduire au maximum la consommation d’énergie. C’est ce que l’on appelle du machine learning, ou apprentissage intelligent

 

Ce système est particulièrement adapté aux bâtiments de grandes superficies, tels que les bureaux, les centres commerciaux, etc. Autrement dit, les établissements directement visés par le décret tertiaire et son objectif 2030 de décarbonation à grande échelle.

 

IA + stockage de chaleur/froid = combo énergétique gagnante 

 

Des gains énergétiques spectaculaires

 

Avec ce dispositif de chauffage/climatisation via le stockage intersaisonnier intelligent, vous pouvez espérer :

 

  • Une diminution jusqu’à 80 % des consommations d’énergie ;
  • Une décarbonation des bâtiments à hauteur de 95 % ;
  • Un coût jusqu’à 20 fois inférieur aux solutions existantes.

 

Il est également possible d’optimiser vos systèmes thermiques déjà existants. À terme, c’est une réduction de 40 % de vos factures que vous pouvez envisager. 

 

BTES + IA : Objectif 2030 à portée de main

 

Le géostockage utilise donc le sous-sol comme une immense batterie rechargeable et déchargeable à l’infini, via le système de sondes. 

 

L’énergie est ainsi disponible à tout moment, quelle que soit la saison. Il permet, par ailleurs, une optimisation du parc des sondes. Résultat : des coûts d’investissement réduits qui se retrouvent au moment de l’utilisation finale du service. 

 

L’IA pilote ce système et ajuste les consommations thermiques au plus près des besoins de la vie de vos bâtiments, en fonction des conditions climatiques. À la clé : des performances énergétiques optimisées au maximum. 

 

Enfin, le processus de stockage/déstockage d’énergie rendu possible grâce au BTES piloté au moyen d’un Saas (logiciel connecté) permet une stabilisation thermique du sous-sol. De quoi garantir de belles économies d’énergie dans le futur et répondre au mieux aux clauses du dispositif Éco Énergie Tertiaire.

 

L’objectif 2030 fixé par le décret tertiaire est un défi de taille pour les acteurs de la filière tertiaire. Si vous êtes assujetti à ces obligations, pensez aux solutions innovantes que propose la géothermie, notamment via le géostockage automatisé. Leader dans ce domaine, nous pouvons vous accompagner en douceur dans la transition énergétique de vos établissements. Les experts Accenta maîtrisent tous les rouages de la décarbonation des bâtiments et sauront vous conseiller et répondre à toutes les questions et problématiques que soulève cette nouvelle législation. 

1
2
3

Merci de mettre à jour votre navigateur pour continuer la navigation.